Fondation Sylvia Bongo Ondimba : la lutte contre le SIDA continue

Par hercule

Pour la Fondation Sylvia Bongo Ondimba, la protection des personnes vivant avec le VIH/SIDA (PVVIH) est encore plus importante depuis l’apparition de la pandémie COVID-19 au Gabon.

Banner

Depuis de nombreuses années, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille apporte un soutien multiforme aux PVVIH et aux associations de lutte contre le Sida au Gabon. Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida, les équipes de la fondation se sont rendues dans les Centres Ambulatoires de Traitement (CTA) de Libreville.

La première Dame estime que les inégalités sont mortelles. C’est pourquoi, les membres de la fondation Sylvia Bongo Ondimba se sont rendus dans les CTA pour distribuer 10 000 masques de protection aux PVVIH afin de leur permettre de poursuivre leur prise en charge médicale en toute sécurité, ainsi qu’aux personnes venues se faire dépister.

Au Gabon, la prévalence du VIH/Sida est plus élevée chez les femmes gabonaises à cause notamment de comportements à risque tels que les relations sexuelles intergénérationnelles et la faible utilisation des moyens de contraception. La Fondation de la première Dame se bat chaque jour pour mettre fin à cette situation intolérable en sensibilisant d’avantage les jeunes filles et fils sur les moyens de contraception disponibles.

Notons également que depuis 7 ans, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille s’engage dans la lutte pour la réduction de la mortalité maternelle et infantile, notamment par le biais de son programme Tous Unis pour la Santé de la Mère et de l’Enfant (TUSME) qui a permis de former 139 personnels soignants à travers le pays.

Aujourd’hui, grâce à une prise en charge préventive, éradiquer la transmission du VIH Sida de la mère à l’enfant est désormais à portée de main. Pour Sylvia Bongo Ondimba, connaître son statut VIH doit être une priorité pour les femmes enceintes. Sensibiliser et rendre disponibles les médicaments antirétroviraux doit être la priorité de toute Nation. « Ne rien faire, c’est être complice de ce drame qui se joue sous nos yeux et décime nos familles et nos communautés. Aujourd’hui nous ne pouvons tolérer que des enfants naissent et vivent avec le VIH SIDA », a-t-elle déclaré.

Banner
Partager

Articles similaires