Sylvia Bongo Ondimba : une première dame dévouée à la nation

Par hercule

Au Gabon et à l’extérieur du pays, ils sont nombreux à saluer l’engagement et la détermination constante de la Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, en faveur du bien-être de l’ensemble de ses compatriotes, particulièrement les plus vulnérables.

Banner

Depuis plusieurs années, la première dame s’est illustrée par son combat pour la veuve et les orphelins, la femme et l’égalité de genre. Sylvia Bongo Ondimba, à l’image de son époux,  est une femme pragmatique qui place l’intérêt des plus faibles au cœur de ses priorités.

Cette distinction, ne souffre d’aucune contestation dans la mesure où les exemples pour illustrer son implication pour la lutte contre les inégalités sociales sont légions et parlent pour elle.

Lutte contre les violences faites aux femmes

Parce qu’il existe une vérité universelle applicable à tous les pays, cultures, et communautés, notamment, la violence à l’égard des femmes n’est jamais acceptable, jamais excusable, jamais tolérable, et parce qu’il est plus que primordiale d’agir et d’agir vite pour mettre fin à ce mal indigne qui gangrène les sociétés. La première dame du Gabon a décidé de faire de ce combat, son cheval de batail.

En effet, l’engagement de la première dame a fait bouger les lignes. Des avancées majeures ont été apportées notamment dans l’accompagnement et la prise ne charge des victimes. La dernière en date est la mise en place d’un centre d’accueil pour les femmes victimes de violences.  

Notons que a mise en place de ce centre d’accueil répond favorablement à la demande émise  par la première dame, Sylvia Bongo Ondimba à travers la Stratégie de promotion des droits de la femme et de la réduction des inégalités femme/homme, récemment remise entre les mains du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Ladite stratégie recommandait de  créer un refuge pour les mères victimes de violences et leurs enfants qui leur offrirait une solution d’hébergement d’urgence, les orienterait vers les structures adéquates pour engager des démarches judiciaires et les accompagnerait vers l’indépendance économique.

Le combat contre le VIH Sida se poursuit

Il nous souviendra que la fondation dont la première dame est la présidente, avait initié la campagne dénommé Can sans Sida en 2012. Celle-ci avait pour objectif de ne pas oublier la situation de la pandémie du VIH sur le continent africain pendant ladite période de fête et de compétition. Soutenue par la Confédération Africaine de Football (CAF) comme l’une des 4 causes caritatives et humanitaires de la CAN Orange 2012, la campagne avait bénéficié d’une mobilisation sans précédente et permis une large diffusion des messages de prévention pour une victoire sans appel, un Trois-Zéro, contre le SIDA. Zéro transmission. Zéro décès. Zéro discrimination.

Aujourd’hui, grâce à une prise en charge préventive, éradiquer la transmission du VIH Sida de la mère à l’enfant est désormais à portée de main. Pour Sylvia Bongo Ondimba, connaître son statut VIH doit être une priorité pour les femmes enceintes. Sensibiliser et rendre disponibles les médicaments antirétroviraux doit être la priorité de toute Nation. « Ne rien faire, c’est être complice de ce drame qui se joue sous nos yeux et décime nos familles et nos communautés. Aujourd’hui nous ne pouvons tolérer que des enfants naissent et vivent avec le VIH SIDA », a-t-elle déclaré.

Lutte contre les cancers féminins.

Avec pour message principal « Faites-le pour ceux que vous aimez », la campagne « Octobre Rose », lancée au Gabon en 2013 par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba a été l’occasion de renforcer les actions de sensibilisation, de prévention et de détection sur l’ensemble du territoire et de poursuivre les progrès réalisés en matière de lutte contre les cancers féminins. Grâce à l’appui financier et matériel de cette Fondation, ce sont plus de 40 000 personnes sensibilisées par des actions de proximité et 10 000 femmes dépistées dans les différents centres présents sur l’ensemble du territoire gabonais.

Dans le but de permettre à toutes les femmes de pouvoir connaitre leur statut cancérologique, Sylvia Bongo Ondimba, a permis à ce que le dépistage soit gratuit dans les structures de santé publique. Celui-ci est accessible à chaque femme de plus de 25 ans tout au  long de l’année. Les objectifs visés par cette campagne de dépistage, est de parler du cancer, informer, mobiliser. De convaincre les femmes de se faire dépister. Donner de l’espoir. Et inciter les acteurs économiques et associatifs locaux à promouvoir la  détection précoce.

Promotion de l’égalité homme/femme

Le combat pour la reconnaissance et la mise en avant des talents féminins est au nombre des priorités de la fondation Sylvia Bongo Ondimba (FSBO) pour la famille. La première dame milite très fortement depuis l’accession de la magistrature suprême de son époux afin que la gente féminine assume encore plus de responsabilités, qu’elle devienne autonome et puisse disposer des mêmes droits que leurs homologues masculins. 

Pour veiller à l’égalité homme-femme, le gouvernement a mis sur pied un comité de pilotage intergouvernemental. Notons que c’est sous l’implication personnelle de la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, que le comité de pilotage intergouvernemental conduit par le chef du gouvernement est né.

Ainsi, grâce à son engagement dans l’égalité des genres, Sylvia Bongo Ondimba a propulsé le Gabon  à la 3ème place du classement des pays africains en matière de promotion de la femme.

Prône l’éducation pour tous

Sensible au bien-être des gabonais et plus précisément  des plus défavorisés, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba a décidé de rénover entièrement l’Ecole nationale pour enfants déficients auditifs (ENEDA). Une action qui découle d’un engagement personnel qu’elle avait pris à l’issue d’une visite effectuée au sein de cette structure aussi bien par elle que par deux de ses fils.

A ce jour, grâce à la totale rénovation apportée par la première dame à l’Ecole nationale pour enfants déficients auditifs (ENEDA), c’est dans un cadre propice à l’apprentissage que ces jeunes enfants feront désormais leurs classes. Sylvia Bongo Ondimba est tout à fait consciente que ces enfants exclus du système scolaire classique ont besoin de suivi particulier.

Réduire la fracture sociale qui s’accroit un peu plus chaque jour, tel est le sacerdoce que s’est assigné la première pour ses concitoyens.  A cet effet, le rôle de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba créer en 2011 est de soutenir l’action du gouvernement en venant en aide au plus démunis. Cela passe par un appui considérable aux secteurs clés tels que l’éducation et la santé, des éléments indispensables pour tous les pays qui aspirent à l’émergence. L’action de ladite fondation s’articule autour d’un triptyque qui est l’initiative pour les jeunes, ensuite des femmes et enfin la solidarité.

C’est depuis octobre 2013 dernier, que Sylvia Bongo Ondimba a été chargée du suivi de la réforme de l’aide sociale, avec le support méthodologique de McKinsey, cabinet international à l’expertise reconnue. Depuis lors, cette dernière a choisi d’être la Voix des Sans-Voix. La voix de ces mères, de ces enfants, de ces Anciens et de tous ceux qui se sentent oubliés. Mais surtout, d’être le relais de leurs quotidiens, de leurs espoirs et de leurs rêves.

La lutte pour l’amélioration des conditions de vies des personnes économiquement faibles, la veuve, l’orphelin et l’ensemble des jeunes voilà ceux pour qui cette femme au grand cœur est devenue la porte-parole. Eu égard ce qui précède, on peut affirmer sans risque de se tromper que Sylvia Bongo ondimba est la personne idéale pour être « la voix des sans voix ».

Banner
Partager

Articles similaires