Pizolub Gabon: Guy Christian Mavioga serait à l’origine de la quasi-faillite

Par hercule

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis plusieurs mois, la production stagne tandis que les salaires sont impayés. Si les facteurs sont clairement identifiés et que les négociations sont en cours pour un retour à la normale, dans cette entreprise où les crises semblent être répétées, le Directeur général, Guy Christian Mavioga est pointé du doigt.

Banner

Nommé à la tête de la Société nationale de formulation de lubrifiants (Pizolub) à la faveur d’un conseil de ministres, Guy Christian Mavioga serait l’origine de certains problèmes. Daprès plusieurs de ses collaborateurs, le Directeur général de la société Pizolub aurait contribué à l’effritement de cette société par sa gestion scabreuse.

En effet, ses collaborateurs lui reprochent des faits très graves s’ils viennent à être avérés. Pour commencer, on lui attribue la perte de la certification de Pizolub. Il se dit çà et là que le DG aurait tenté de soudoyer l’auditeur afin que cette certification ne lui soit pas retirée car, il n’aurait pas dénié se plier aux recommandations des précédentes revues de qualité.

Ce qui semble ne pas du tout passer dans les esprits de ses collaborateurs est sans doute la gestion des ressources humaines. En effet, Pizolub enregistrerait un excédent de 170 personnes. Le directeur général aurait embauché sa compagne, Ayi Adibet, comme assistante de direction en charge des finances. A cela s’ajoute le recrutement de son fils, Guy Geslyn Emane Nze, en qualité de chargé d’Etudes RH. Comble des combles, Guy Christian Mavioga aussi président du bloc démocratique chrétien a veillé à embaucher des membres de son église et créé des représentations provinciales pour lesquelles 40 personnes seront, en plus, embauchées.

Alors que les employés de Pizolub font face à 7 mois de salaires impayés, le DG ne se serait pas gêné pour prendre un crédit de 3,5 milliards de francs CFA officiellement pour la production d’huiles de base, mais jusque-là le Cabinet Price Waterhouse Coopers rechercherait toujours la destination prise par un milliard dans cet emprunt contracté au nom de Pizolub. De plus, les employés font remarquer que l’équipe du directeur général n’aurait pas reversé le moindre centime aux impôts et aux organismes de prestations sociales bien qu’il leur soit prélevé les différentes charges sociales et fiscales.

Notons également que Guy Christian Mavioga aurait passé des contrats d’achat et de location de 3 bus et 3 berlines de marque Renault, avec un fournisseur basé à Libreville où il serait installé après avoir abandonné son poste depuis le mois de juillet 2020.

Banner
Partager

Articles similaires