Dieudonné Minlama Mintogo, et l’association Gabon athlétisme club (GBAC), au chevet des populations de ntoum

Par hercule

Dans le cadre de la campagne internationale Octobre Rose, le président de l’Observatoire national de la démocratie, Dieudonné Minlama Mintogo, et l’association Gabon athlétisme club (GBAC), se sont retrouvés du côté de Ntoum en vue de sensibiliser les femmes aux cancers du sein et du col de l’utérus via la pratique du sport.

Banner

Du côté de la commune de ntoum, Dieudonné Minlama Mintogo, en sa qualité de president de l’association Gabon athlétisme club (GBAC), lors du weekend écoulé, a organisé un événement sportif dans la droite ligne avec l’appui du ministère de la Santé et le concours de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba (FSBO) pour la famille.

En effet, Le 18 octobre dernier, l’association Gabon athlétisme club et l’ancien candidat à la présidentielle de 2016, Dieudonné Minlama Mintogo, ont lancé une marche rose dans la commune d’Akanda, aux fins de sensibiliser les femmes aux cancers du sein et du col de l’utérus. L’objectif étant d’intensifier les efforts de lutte contre les cancers du sein et du col de l’utérus, sa mise en œuvre au Gabon, depuis 2014, a contribué à mobiliser des moyens et faire prendre conscience aux populations des enjeux et bénéfices de la détection précoce de ces maladies à l’origine de nombreux décès dans le monde, en soutenant par la même occasion les personnels de santé dans leur rôle d’information et de prise en charge des patients. La « marche rose », c’est plus d’une cinquantaine de femmes et d’hommes qui ont misé sur le sport, vecteur de bien–être.

Pour rappel, alors qu’elle était censée prendre fin le samedi 31 octobre dernier, le ministère de la Santé a prolongé de 2 semaines, la caravane de sensibilisation et de prévention de cette 7ème édition d’Octobre Rose. C’est pour dire combien il est important pour le gouvernement d’en venir à bout de ce tueur silencieux. Notons que près de 4 ans après, le combat reste toujours d’actualité, parce que les cancers du col de l’utérus et du sein demeurent les plus fréquents chez les femmes, avec des conséquences irréversibles.

N.O

Banner
Partager

Articles similaires